Qu’est-ce que l’alternance des arbres fruitiers ? Comment faire ?

Tout jardinier qui se respecte espère de belles récoltes au verger. Seulement voilà, certains arbres sont sensibles à l’alternance. Découvrez les causes de cette perturbation de la fructification et les solutions pour lutter contre.

Qu’est-ce que l’alternance des fruitiers ?

Lorsqu’un arbre fruitier ne produit de bonnes récoltes qu’une année sur deux, on appelle cela l’alternance. L’année A, l’arbre offre une récolte généreuse, tandis que l’année B, il se contente de peu de fruits, voire pas du tout ! Cela laisse souvent perplexe le jardinier qui se demande comment lutter contre ce phénomène.

Quels sont les sujets sensibles à l’alternance ?

Les arbres à pépins comme les pommiers, les agrumes et les poiriers peuvent être touchés. C’est aussi le cas de certains arbres à noyaux, comme le prunier et l’abricotier. Il arrive également aux oliviers de faire de l’alternance.

Poires mûres sur un arbre

Quelles sont les causes de l’alternance ?

Deux phénomènes principaux expliquent cette production en dents de scie : le climat et la formation des boutons floraux. Explications.

Le climat

Selon le climat, votre arbre fruitier, tout comme vos plantes potagères, n’auront pas le même rendement. Cela arrive notamment à cause des très redoutées gelées de printemps. Au moment du débourrement, les gelées ou les fortes pluies peuvent fortement abîmer les fleurs. Chaque fleur donne un fruit. Si elle tombe à cause des intempéries, vous aurez une récolte moins abondante. À partir de là, votre arbre fruitier peut produire une grande quantité de fleurs l’année suivante, instinct de survie oblige. Cette floribondité sera alors moins importante l’année d’après, etc.

La plupart du temps, c’est au printemps que ces évènements fâcheux arrivent. Attention toutefois aux sécheresses estivales qui peuvent réduire la récolte à néant, si l’arbre manque cruellement d’eau.

Les boutons floraux et végétatifs

Chaque printemps, des boutons floraux et végétatifs débourrent et créent des feuilles et des fleurs. L’été de l’année précédente, ces bourgeons se forment et se différencient ensuite pour faire soit des fleurs soit des fruits. Si une année la récolte est particulièrement bonne, grâce à une bonne taille ou à une météo clémente, les fruits sur l’arbre vont pomper la sève au détriment de la création des futurs bourgeons floraux.

De plus, au moment de la formation des graines à l’intérieur des fruits, les hormones gibbérellines sont créées. Elles freinent la formation des bourgeons floraux et participent ainsi au phénomène d’alternance. L’année suivante, l’arbre aura moins de fleurs et donc moins de fruits et ainsi de suite d’années en années.

boutons de fleurs de pommiers dans un verger

Quelles solutions pour lutter contre l’alternance des fruitiers ?

Le choix de la variété

Une première piste est de choisir une variété peu sensible à l’alternance. Avant d’acheter votre arbre fruitier, optez pour des variétés moins sujettes à l’alternance. Par exemple, certaines variétés de pommiers et de poiriers offrent naturellement une production plus régulière :

L’éclaircissage

Éclaircir les fruits consiste à retirer une partie des fruits pour éviter le surnombre. Si vous observez un grand nombre de fruits, supprimez ceux qui sont trop serrés pour obtenir une quantité entre 10 et 15 par mètre linéaire. L’avantage de l’éclaircissage est aussi de favoriser des fruits plus gros et d’un calibre plus régulier car moins en concurrence les uns entre les autres. Grâce à cette méthode, l’arbre aura assez de ressources pour former les bourgeons à fleurs.

Image recadrée d'une main retirant des oranges d'un arbre

Le travail du sol

Avant la plantation, il est important de procéder à un bon apport d’engrais naturel, comme du compost ou du fumier. Privilégiez une terre riche, meuble et profonde pour l’emplacement de vos arbres fruitiers. En effet, les substrats pauvres et secs retiennent moins facilement l’eau qui ruisselle et n’est pas absorbée par les racines de l’arbre. Après la plantation et le premier été, l’arrosage doit être régulier.

Travail du sol près du citronnier avec un râteau

Une taille régulière

Les arbres fruitiers gagnent à être régulièrement taillés pour offrir de belles récoltes. La période et la technique varient en fonction des espèces, mais certaines règles sont générales. La plupart du temps, il est conseillé de retirer les rameaux qui se croisent, afin de permettre à la lumière de rentrer à l’intérieur du houppier. De cette manière, les fleurs et les fruits auront assez de lumière pour se développer. Il en va de même pour les boutons floraux en devenir.

Inviter les insectes pollinisateurs

On peut donner un petit coup de pouce à la nature en favorisant les insectes pollinisateurs. En allant butiner, ces auxiliaires transportent du pollen d’une fleur à l’autre. En effet, les fleurs mâles sont dotées d’une étamine qui est l’organe mâle des plantes à fleurs. Elle produit du pollen qui doit entrer en contact avec le pistil (organe femelle) pour qu’il y ait fécondation. C’est donc en grande partie grâce aux insectes pollinisateurs que la fructification peut avoir lieu. Vous augmentez vos chances d’avoir de belles récoltes en plantant des essences mellifères à proximité.

Abeille sur fleurs d'arbre fruitier

Des gestes de prévention contre les maladies et les nuisibles

Les arbres fruitiers sont fréquemment touchés par des maladies et les ravageurs qui affaiblissent la récolte. Certains gestes limitent leur apparition. Pensez à brosser les écorces de vos arbres, pour retirer les mousses et les lichens qui servent de refuge aux insectes nuisibles. Retirez les fruits pourris momifiés pour éviter qu’ils n’hivernent sur l’arbre. Atteints de la monoliose, ils contamineront les récoltes de l’année suivante. Enfin, pensez à ramasser les fruits et les feuilles tombés. Ces derniers sont facilement infectés par des maladies ou servent de refuge aux ravageurs qui montent ensuite dans l’arbre.

Un emplacement ensoleillé

Cela ne vous aura pas échappé, mais un emplacement chaud et ensoleillé est idéal pour votre verger. Vous ne pouvez pas contrôler la météo, mais vous pouvez limiter les dégâts en permettant aux arbres de profiter d’une situation idéale dans votre jardin. Les gelées feront moins de dégâts si elles sont balayées rapidement par le soleil. Pensez également à laisser assez d’espace entre vos fruitiers, notamment lorsque vous plantez un nouveau sujet à proximité d’arbres déjà développés. L’ombre des plus âgés peut impacter le développement des plus jeunes.

Mirabelles sur une branche d’arbre, avec un paysage de campagne en arrière-plan (France)
, ,
La tomate : histoire d’une culture difficile + Comment y remédier ?
Quand planter les pommes de terre ?
Que pensez-vous de cet article ?
Menu
Gardez la main verte !

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de nos conseils, astuces, promotions et nouveautés pour aménager votre jardin, terrasse ou balcon !