Aménager son propre potager : le plaisir du « fait-maison » et des légumes savoureux

Contrairement aux idées reçues, le potager est à la portée de tout le monde : du retraité au citadin actif débordé, on peut facilement profiter de tous les avantages d’un petit lopin de terre. Oui, avoir son potager, c’est se garantir facilement à petits prix des récoltes assurées tout au long de l’année…

Pour aménager votre potager, rien de plus simple ! Consulter notre rubrique  » AMÉNAGER MON POTAGER  » : vous découvrirez, selon le lieu de votre habitation, les légumes à cultiver facilement !

potager maison

Le potager : un retour aux sources

C’est un fait, la mode est au retour au naturel. Les produits cultivés chez soi, les produits bios, les coopératives, le consommer local, le tourisme vert… toutes ces manières de consommer témoignent d’un changement d’époque. Les fruits et légumes y sont souvent de très bonne qualité. Mais est-ce pour autant à la portée de toutes les bourses ?

Cultiver soi-même ses propres fruits et légumes a plusieurs avantages non négligeables… Outre le fait de proposer des produits très frais dont on connait à coup sur la provenance et la manière dont ils ont été cultivés (pas forcément besoin d’engrais et de pesticides), on peut cueillir dans son potager ce dont on a besoin au rythme de ses envies.

Il suffit alors de se baisser ! Plus besoin donc de courir au maraîcher en catastrophe ou en grande surface ! Il devient facile d’agrémenter son plat du jour avec des plantes aromatiques semées : persil, ciboulette, quelques haricots… Accessibles facilement.

Avoir son petit carré de terre au fond du jardin ou même sur sa terrasse ou son balcon (en fonction de l’ensoleillement : potager de balcon orienté au sud ou potager de balcon orienté à l’est ou à l’ouest),  c’est se « forcer » à prendre l’air après une longue semaine, et ça devient vite une source de plaisir !

Sans compter sur le bonheur d’annoncer fièrement à sa famille « ça vient du jardin ! » ou « alors, ils sont bons mes haricots du jardin ? ».

un amour de potager

Le potager économique : bon pour la santé et le porte-monnaie

Car il faut bien l’avouer, avoir son potager chez soi, c’est faire des économies. Grandes ou petites, en fonction de la taille réservée au potager.

Les prix des fruits et légumes sont très hauts et variables, on a toujours des doutes sur l’origine et la qualité. C’est alors qu’un potager peut devenir un véritable atout. Alors, dirons certains, c’est un peu de travail. Oui, un peu, mais pas tant pis. N’oublions pas que l’essentiel du boulot est fait par Dame Nature.

Le potager est aussi l’occasion de cultiver des variétés de légumes méconnues. Ce qui est rare est souvent cher… Mais ce n’est pas le cas dans les cultures potagères réalisées chez vous ! Ainsi, vous pourrez privilégier des légumes plus originaux que ceux que vous pouvez acheter simplement sur un marché.

On entend souvent que, dans l’idéal, il faut 100m² par personne pour son autonomie alimentaire en termes de légumes. Évidemment, ce qui n’est pas possible pour la plupart des jardiniers : manque de place et de temps. Et puis, si on manque de pratique et d’organisation, on y passera d’autant plus de temps.

C’est vrai, mais beaucoup d’astuces existent pour rendre les potagers productifs. Pensez aussi que des légumes ont un rendement meilleur que d’autres.

Et puis, avoir son potager, non seulement c’est cultiver ce qu’on aime par-dessus le marché, mais c’est aussi être audacieux en plantant des légumes originaux, difficilement trouvables en magasin.

Des légumes reviennent même petit à petit à la mode, tels les topinambours, les rutabagas à cultiver dans le potagerL’astuce ultime pour économiser est peut-être de planter des fruits : ils demandent peu d’entretien et valent chers sur le marché classique. On pense notamment aux fraisiers, framboisiers, mûriers, myrtilliers

potager économique

Quel temps doit-on consacrer au potager ?

Sur un petit potager, l’entretien est rapide. Compter moins d’un quart d’heure par jour. Le temps de s’aérer, penser à autre chose, évacuer le stress… Si vraiment vous êtes un actif débordé, aller au potager le week-end une petite heure fera aussi bien l’affaire. Dans ce cas, attention à certains légumes tels les haricots et courgettes qui poussent très vite en période de récolte.

Voici un bref aperçu des différentes saisons du potager pour les novices.

Fin d’hiver/ Printemps : Après une période froide, c’est l’époque des plantations entre février et mai ! Attention, les mauvaises herbes et les limaces réapparaissent en même temps.

Eté : C’est la saison où on arrose, taille, surveille la bonne santé des plants. C’est en été qu’on récolte. Les mieux équipés d’entre vous pourront alors investir dans un arrosage automatique.

Automne et hiver : Ce sont les saisons calmes du potager. Rien à faire si on ne cultive que des légumes d’été, des poireaux, ou des choux d’hiver : il pleut assez et les mauvaises herbes et autres nuisibles ne sont pas légion.

Le petit potager ou potager de poche

C’est bien connu, les citadins ont peu le temps et ne maîtrisent pas l’art de jardiner, de moins en moins souvent transmis par les parents. Il est donc mieux de commencer sur une petite surface, avec des légumes courants faciles à cultiver.

Astuce pour gagner de la place : semer des légumes poussant à différentes vitesses. Les plus rapides (graines d’épinards, graines de laitues …) laisseront de la place aux plus lents (graines de carottes, graines de choux, graines de courges…).

Grande tendance cette année : le potager de poche ! Sur une surface d’un peu moins d’1 m², il est possible de faire pousser quelques légumes grâce à un potager hors sol ! Il faudra bien adpater vos cultures au climat de votre région : un carré potager surélevé au nord de la France ou un carré potager surélevé au sud de la France. Dans les deux cas, on fait tenir le potager simplement sur un balcon ou une terrasse : plus besoin d’un terrain pour faire pousser. Il suffit de choisir des cultures qui prennent peu de place : laitues, haricots nains, radis… par contre les asperges, aubergines et autres grandes cultures sont à proscrire.

Même sur une petite surface, vos légumes auront autant d’allure que sur un grand potager !

Petits conseils si vous vous lancez dans le potager hors-sol : les grimpantes (petits pois et haricots notamment) seront plus à l’aise sur le côté touchant un mur. Les courgettes et autres « plantes coureuses » s’épanouiront si elles se dirigent vers l’extérieur. Ainsi, le centre a toute la place réservée pour les grands classiques : radis, salades, ciboulette, thym, persil… le plus dur sera de faire un choix ! Si le choix est cornélien, faire pousser 2 voire 3 pieds par espèces. Penser également aux rotations des légumes pour optimiser le temps et l’espace disponibles.

Pour un potager plus classique, 10m² de terre disponible, c’est possible dans beaucoup de jardins de ville. Et l’air de rien, on en fait pousser des choses sur de telles surfaces. Et ça agrémente l’aménagement du jardin.

Que vous habitiez un hypercentre avec une terrasse ou un balcon, une banlieue avec un petit jardin, ou la campagne avec souvent un espace plus grand, faire pousser ses propres légumes est possible. Il suffit d’un peu de volonté, et très vite en prenant plaisir, vous obtiendrez des résultats intéressants pour vous et votre porte-monnaie. Pensez à les faire pousser dans un bac, pot ou balconière par exemple.

Alors, potager de poche ou potager traditionnel ?

Que pensez-vous de cet article ?
Menu
Gardez la main verte !

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de nos conseils, astuces, promotions et nouveautés pour aménager votre jardin, terrasse ou balcon !