Comment arroser les plantes d’intérieur ?

Si vous avez des plantes d’intérieur, vous vous êtes certainement déjà posé la question de savoir comment les arroser, ne serait-ce qu’une fois… Vous avez très probablement voulu savoir si vos plantes ont trop d’eau ou si, au contraire, elles n’en ont pas assez… Des questions que beaucoup de particuliers se posent et cela est d’autant plus vrai pour ceux qui n’ont pas la « main verte ». Si vous aimez les plantes et que vous souhaitez faire en sorte qu’elles soient heureuses chez vous, voici les réponses à vos questions. Comment arroser les plantes d’intérieur ?

arroser-plantes-interieur

Avant d’arroser vos plantes d’intérieur

Avant de parler d’arrosage, un premier élément est à vérifier : le volume et le drainage du pot dans lequel votre plante verte est installée. En effet, si beaucoup de soucis sont liés à des problèmes d’arrosage, il est très important, pour assurer le bon développement d’une plante, qu’elle soit à l’aise dans son pot. De ce fait, même avec un arrosage adéquat, si le contenant de votre plante d’intérieur est inadapté, elle pourra flétrir. Dans un pot trop petit, elle n’aura pas assez de terre pour couvrir tous ses besoins et à l’inverse, un pot trop grand favorisera la production fatigante de racines, lesquelles pourraient pourrir, incapables d’assimiler toute l’eau contenue dans la terre. Il est important de percer le fond des pots pour éviter toute stagnation d’eau ; s’il y a lieu, l’excédent d’eau sera recueilli dans une soucoupe.

Comment arroser vos plantes d’intérieur ?

Bon nombre de personnes font l’erreur d’ouvrir le robinet, de remplir une bouteille vide ou un petit arrosoir et d’aller directement distribuer l’eau aux plantes. Ce geste anodin est, en réalité, une erreur ! L’eau qui coule de nos robinets est souvent chargée en chlore ; elle est également froide. Deux éléments qui ne sont guère appréciés par les plantes vertes d’intérieur.

 

Il est primordial de préparer son eau à l’avance ; le temps de latence ainsi obtenu entre le moment où vous préparez l’eau et celui où vous la versez dans la terre de vos plantes aura été bénéfique. L’eau se sera préalablement déchargée de son chlore et sa température sera devenue équivalente à l’air ambiant, évitant ainsi un choc thermique à la plante.

 

Il faut savoir également que certaines plantes sensibles aux champignons, comme tel est le cas pour les bégonias, les primevères, les azalées, les cyclamens ou encore les gloxinias. Ces plantes d’intérieur apprécient l’eau tiède qui a pour vertu de neutraliser le phytophtora. Petite astuce esthétique pour les régions dans lesquelles les eaux sont vraiment calcaires : il convient d’ajouter quelques gouttes de vinaigre blanc ou le jus d’un citron pour 5 litres d’eau et le tour est joué : aucune marque blanchâtre disgracieuse ne se déposera sur la terre de vos plantes.

A quelle fréquence arroser les plantes d’intérieur ?

Il va sans dire qu’un cactus ou une plante grasse auront besoin d’un arrosage moins fréquent qu’une plante verte au feuillage délicat. En effet, l’arrosage fait appel au bon sens. Si l’arrosage des plantes d’intérieur doit être régulier, la plante verte ne pouvant subvenir seule à ses besoins (son espace de vie est limité et seuls vos apports en eau lui permettront de s’hydrater), la fréquence variera :

  • En fonction de la variété de plante concernée ;
  • En fonction de la saison : les besoins en eau sont limités en automne et en hiver, la plante étant en phase de repos ; ils sont supérieurs à la belle saison lorsque les températures commencent à grimper ;
  • De la vitesse d’assèchement de la terre qui peut être vérifiée soit en considérant l’allure globale de la plante, soit en touchant directement la surface de la terre au pied de la plante.

 

Dans tous les cas, l’observation est un indicateur important pour déceler si une plante verte a soif ou non.

Les méthodes d’arrosage des plantes d’intérieur

Deux grandes méthodes d’arrosage s’opposent :

  • La plus connue et la plus utilisée : l’arrosage par le dessus
  • Le bassinage, plus adapté aux petites plantes ou aux plantes d’intérieur très délicates (qui ne supportent pas d’eau sur leur feuillage par exemple) puisqu’il s‘agit de faire tremper la plante dans l’eau pendant une quinzaine de minutes avant de l’égoutter et de la remettre en place.

 

Si la première méthode est simple et pratique, la seconde permet à la terre de prendre le temps de s’imbiber d’eau c’est pourquoi elle est tout particulièrement conseillée lorsque la terre de la plante est particulièrement desséchée !

 

Maintenant… à vos arrosoirs !

Que pensez-vous de cet article ?
Menu
Gardez la main verte !

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de nos conseils, astuces, promotions et nouveautés pour aménager votre jardin, terrasse ou balcon !