Lorsque les pluies incessantes ou le dégel provoquent le débordement des rivières, lorsque les intempéries sont marquées par des pluies abondantes, il n’est pas rare de voir les jardins et les terrasses inondés. A terme, les plantations en place sont fragilisées, voire parfois anéanties et les sols sont affectés. Que faire au jardin et sur la terrasse en cas d’inondation ?

Les dégâts causés par une inondation au jardin

Malheureusement, devant une arrivée massive d’eau provenant de crues, de dégel, de pluies continues, il n’y a rien à faire au jardin ou sur une terrasse. Tant que l’eau recouvre le jardin, il est plus sage de ne pas s’y aventurer, au risque d’augmenter l’ampleur des dégâts en piétinant la terre et de la rendre impraticable, pour peu qu’elle soit argileuse.

Une fois que l’eau ne stagne plus dans le jardin, c’est à ce moment qu’il convient d’intervenir. Pour permettre à d’éventuelles flaques de disparaître, il est possible de creuser des petites rigoles en les dirigeant vers un regard d’évacuation ou un fossé.

A noter également que la boue formée par le mélange de terre et d’eau, peut contenir des polluants, plus particulièrement si votre jardin est situé en zone urbaine. Soyez particulièrement vigilant par rapport à ce point et essayez, tant que possible, de retirer un maximum d’eau une fois que vous pouvez intervenir.

Les dégâts causés dans un jardin inondé dépendent également de la durée d’immersion. Il est possible, si cette durée est courte, que vos plantations de tomates et autres annuelles puissent être sauvées. En outre, les plantes vivaces résistent généralement mieux à l’immersion prolongée.

Comment sauver un jardin inondé ?

Dans les jardins et sur les terrasses, les plantes réagissent différemment en fonction du type d’inondation auquel elles ont fait face. On distingue en effet l’inondation à l’eau claire et l’inondation à l’eau boueuse. C’est cette dernière qui cause le plus de dégâts aux plantes, celles-ci ne pouvant plus bénéficier des bienfaits de la photosynthèse et s’asphyxiant petit à petit du fait du manque d’énergie dont elles ont besoin pour vivre.

En termes de durée d’immersion, toutes les plantes ne réagissent pas de la même manière. Un arbuste ou un rosier pourra survivre au bout d’une dizaine de jours d’inondation alors qu’un géranium ou un légume ne tiendra que de 2 à 4 jours.

La patience étant la vertu principale d’un bon jardinier, il convient d’attendre avant de replanter quoi que ce soit dans un jardin inondé. La période idéale est de 3 semaines, afin que la terre ne soit plus boueuse.

Eviter les problèmes dans les zones facilement inondables

La localisation géographique de votre propriété fait partie des éléments qui dictent la sensibilité du jardin aux inondations. Il existe, en France, des zones sujettes à de fortes pluies et à des tempêtes extrêmes. Si votre jardin a tendance à être inondé facilement et que vous habitez dans une zone qui connaît des intempéries régulières, essayez d’identifier la source de l’eau. Il peut s’agir d’eau coulant sur une petite pente qui stagne une fois qu’elle arrive sur votre terrain. Il peut également s’agir d’un excès d’eau sur le toit, par exemple, coulant vers le bas et s’accumulant sur un seul endroit. En fonction de la source de l’inondation, vous pourrez mettre en place un système de drainage adéquat, à l’aide d’outils adaptés, de pierre concassée, d’une cuve pour la vidange et autres éléments vous permettant de mettre votre solution en place. Entre drain français, puits sec, pompes de puisard, rideau de drains et l’élévation du terrain, des solutions concrètes existent et peuvent être mises en œuvre par un professionnel ou par vous-même, si vous savez comment vous y prendre.

Que pensez-vous de cet article ?
Menu
Gardez la main verte !

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de nos conseils, astuces, promotions et nouveautés pour aménager votre jardin, terrasse ou balcon !