Pourquoi certains arbres perdent leurs feuilles en été ?

Les feuilles colorées qui tombent doucement en automne, vous le savez sans doute déjà. Mais un tapis de feuilles mortes qui s’invite sous vos arbres dès le mois de juillet, c’est moins courant. Non, l’automne n’est pas précoce, c’est une réaction de survie normale pour vos feuillus ! On vous explique les raisons qui conduisent à cette chute estivale (et comment l’enrayer).

Petite ou grosse chute de feuilles ?

Comme pour les humains, les arbres adaptent leur couverture en fonction des températures. Un coup de chaud au printemps ? Vite, ils augmentent leur densité de feuillage pour prévenir la chaleur.

Sauf que si cette hausse subite est suivie d’un été frais, votre arbre va procéder à un défeuillage stratégique. D’où la présence d’un certain nombre de feuilles à ses pieds.

feuilles qui tombent des arbres à l'automne

En revanche, cette perte demeure limitée, et ne peut excéder 20% du feuillage. Alors, qu’en est-il si votre chêne ou votre aulne se dénude presque entièrement ?

La chute des feuilles estivale, un phénomène de réaction au stress hydrique

Tapis de feuille jaune dans un paysage ensoleillé

Canicule et sécheresse : un cocktail mortel pour les feuilles

Quand il fait chaud, l’arbre transpire, c’est-à-dire que les stomates (comme les pores de la peau) des feuilles vont s’ouvrir pour évacuer la chaleur sous forme de vapeur d’eau. A contrario, quand la canicule s’installe, l’arbre se défend en réduisant l’ouverture des stomates. Le corollaire, c’est que la photosynthèse s’arrête également, et que l’arbre va stopper sa croissance pour la saison.

Ajoutons maintenant un nouveau paramètre : la sécheresse. Les charmes et bouleaux qui pompent l’eau peu profondément (contrairement au chêne qui, lui, se sert dans les nappes phréatiques en profondeur) vont réaliser que la ressource est plus limitée que d’habitude. Ils vont donc répondre à cette carence en diminuant d’abord la taille de leurs nouvelles feuilles, puis en se débarrassant des feuilles excédentaires.

Concrètement, le feuillage qui n’est plus refroidi par la transpiration en raison de la canicule va d’abord jaunir. Puis, sous l’effet du stress hydrique (une réaction face au manque d’eau), les feuilles vont sécher et tomber. Libéré de ses feuilles, l’arbre peut ainsi se concentrer pleinement sur les branches vitales pour passer cet épisode de chaleur/sécheresse.

C’est ainsi que vous trouvez des tas de feuilles mortes sous les arbres en plein mois de juillet.

L’excès d’eau pour les feuilles

Votre arbre peut également réagir à un autre évènement : un surplus d’eau ! Si vous êtes trop enthousiaste sur l’arrosage, les racines vont se noyer. Leur rôle de captage des nutriments du sol va être mis en péril, affamant ainsi l’arbre progressivement. Cela conduit généralement à une chute des feuilles au printemps et surtout en été.

Femme dans son jardin arrosant un arbre fruitier avec un arrosoir

Pour repérer si votre arbre est concerné, marchez autour des racines : si le sol est spongieux ou si votre chaussure imprime sa marque dans la terre, c’est qu’elle est trop humide. Ajustez l’arrosage avant qu’il ne soit trop tard.

Et si c’était une maladie ?

Et maintenant, examinez plus attentivement les feuilles tombées : sont-elles marquées, brunies ou arborent-elles des taches ? Si c’est le cas, il vous faudra peut-être changer votre diagnostic. En effet, une attaque de nuisibles ou une maladie foudroyante peut aussi être à l’origine d’un effeuillage en règle de votre arbre.

Taches rouges sur les feuilles du poirier - champignon

Voici la liste des attaques les plus courantes du côté des parasites et ravageurs :

  • Les pucerons et cochenilles : ces suceurs de sève provoquent différents dégâts. Ils vont d’abord affaiblir la plante sur laquelle ils prolifèrent, puis provoquer un enroulement des feuilles et à la fin une chute de celles-ci. Vous repèrerez facilement leur présence grâce à la fumagine, un champignon en développement sur les déjections des pucerons, et se présente comme un dépôt noir-gris et collant. Pour vous en débarrasser, rien de mieux que le savon noir ou le purin d’ortie en pulvérisation.
  • Les chenilles processionnaires, teignes de l’olivier et hyponomeutes : malheureusement quand le feuillage est touché, il est souvent trop tard. Eliminez en revanche les feuilles infectées, avec précaution pour celles qui sont touchées par les chenilles processionnaires très allergisantes. Traitez dès l’automne avec des produits à base de Bacille de Thuringe.

 

Des maladies peuvent également être responsables des chutes de feuilles en plein mois d’été :

  • L’anthracnose : de larges taches brunes s’invitent sur les feuilles des arbres touchés par ce champignon. Le platane est souvent touché. À traiter avec une pulvérisation de bouillie bordelaise.
  • La maladie des taches noires ou marsonia : le rosier est particulièrement touché, mais aussi le peuplier ou encore le bouleau. Prévenez l’infestation avec un fongicide adapté.

Du côté des fruitiers, la cloque du pêcher est aussi responsable d’une chute des feuilles précoce.

Comment aider votre arbre ?

Les arbres à l’épreuve du réchauffement climatique

En 2003, la canicule avait fait tomber les feuilles des arbres. En 2022, l’épisode caniculaire se reproduit, mais il n’est plus le seul : c’est à la répétition de ce phénomène sur plusieurs années que réside le danger pour les arbres. En effet, une situation de stress ne peut être résorbée rapidement par votre charme ou votre bouleau, il lui faudra à minima deux ans pour repartir du bon pied.

Arbre confronté au réchauffement climatique Avant / Après

Les solutions pour enrayer la chute des feuilles en été

En ville, la raréfaction de la canopée a des conséquences tangibles : on le sait, entre une rue ombragée et une autre minéralisée, il peut y avoir des écarts de températures de l’ordre de 20°C. De même, quand les arbres stoppent la photosynthèse, leur rôle d’épuration de l’air est compromis. Aider les arbres à gérer le réchauffement climatique a donc des répercussions concrètes sur le confort urbain !

Les forêts sont également durablement touchées par ce phénomène de chute précoce. Or, cette situation inhibe la croissance des arbres et met en danger leur rentabilité (en plus de leur esthétique). C’est pourquoi les scientifiques se penchent sur le problème pour proposer des solutions pérennes :

  • Adapter le choix des arbres et privilégier les essences les plus robustes et adaptées au changement climatique.
  • Mieux penser son emplacement : cela signifie laisser de la place entre chaque espèce pour qu’elles ne se concurrencent pas, alterner feuillus et persistants…
  • Favoriser la captation de l’eau : dans le tissu urbain, les sols sont trop peu perméables aux pluies. Une solution consiste à limiter l’artificialisation des pieds d’arbres pour favoriser le ruissellement des pluies dans le sol.
  • Tailler les branches pour limiter les pertes d’eau via le feuillage.

Une chute précoce des feuilles de votre arbre s’explique par une adaptation à la météo, un manque ou un excès d’eau ou encore la réaction à une infestation de ravageurs. Malgré sa résilience, un bouleau ou un tilleul demandera cependant un coup de main pour ne pas se retrouver sans feuillage trop tôt. Sa croissance, voire sa survie, en dépendent.

Que pensez-vous de cet article ?
Menu
Gardez la main verte !

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de nos conseils, astuces, promotions et nouveautés pour aménager votre jardin, terrasse ou balcon !